La championne d'Afrique en heptathlon en 2018, Odile Ahouanwanou

Eyiyiade info

(Elle félicite Vierin Dégon pour sa réélection)

La première médaillée d’or du Bénin dans les annales, Odile Ahouanwanou évoque les dernières actualités sportives en athlétisme. La reine des épreuves d’heptathlon en 2018 aux jeux africains à Asaba au Nigéria revient dans cet entretien sur sa préparation pour les qualifications aux Jeux olympiques. Aussi,  sollicite-t-elle les autorités à divers niveaux à œuvrer pour assurer une relève de qualité avec plus d’athlètes béninois au niveau.

 Eyiyiade infos : Comment se porte l’athlète à multiples épreuves durant ce contexte pandémique?

 Odile Ahouanwanou : Je vous remercie pour l’interview. Pour commencer, je vais superbement bien malgré la situation un peu confuse en raison de la situation sanitaire de Covid-19. Mais je rends grâce à Dieu.

La championne a l’entrainement en bleu-noir

On sait que vous les athlètes vous n’êtes pas trop être impliqués dans la politique de gestion de la fédération. Cependant, quel message avez-vous à lancer à la nouvelle équipe qui vient d’être mise en place suite à l’assemblée générale élective de ce 27 décembre 2020 ?

Petit sourire !!! Concernant la fédération qui vient d’avoir la confiance des délégués, je dis d’abord félicitation à l’équipe du président Vierin Dégon pour sa réélection et aux nouveaux et anciens membres du bureau exécutif. Je pense que c’est une bonne équipe qui est mise en place. Je ne peux que leur souhaiter vraiment de la détermination et je les encourage à redoubler d’effort pour faire connaitre encore plus l’athlétisme béninois tant sur le plan national, régional et international.

Sachant que pour l’instant on n’est pas trop nombreux sur l’échiquier international, la fédération doit avoir à cœur la détection et l’émergence de nouveaux athlètes de niveau international. J’espère que l’ancien nouveau bureau saura mettre en place la politique qui leur permettra de faire valoir cette discipline qui est la mère de toutes les disciplines au-delà de nos frontières. Mon désir est que le Bénin puisse faire parler de lui sur le plan international encore plus.

Comment vous avez accueilli l’apport du Cnos-Ben qui grâce à ses partenaires poursuit l’octroi de vos bourses olympiques jusqu’en juillet 2021 et aussi la remise de 2000 dollars aux athlètes susceptibles d’obtenir une qualification aux JO dont vous par exemple ?

On est heureuse, mais depuis un moment je savais que nos bourses vont être prolongées jusqu’en juillet 2021. Seulement que c’est une surprise concernant le fonds de la part du Comité national olympique et l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA). Donc du coup on ne peut que les remercier. Cela prouve qu’ils ont compris notre souffrance surtout en cette période de Covid-19 ou tout est à l’arrêt. Mieux, tous ces sponsors doivent comprendre que sans eux,  notre préparation aux Jeux olympiques qui serait compromise.

On sait que l’année 2020 a été éprouvante. Odile a-t-elle repris les entraînements ? Si oui, comment ça a été fait ?

Ouf ! Vraiment cette saison a été très compliquée. Mais je pense que tout est rentré dans l’ordre dans la mesure où moi, depuis un moment je m’entraine comme toujours. J’ai eu la chance, parce que le Comité national olympique sportif béninois (Cnos-Ben) m’a fait une attestation qui a permis à mon club d’obtenir auprès des autorités françaises, une attestation qui me permet de m’entrainer normalement avec mes entraîneurs. Donc, c’est une chance pour moi. Et je profite de l’occasion pour remercier ma fédération et le comité national et son président Julien Minavoa qui n’ont ménagé aucun effort pour me permettre de toujours bien me préparer. Donc, les entrainements se poursuivent seulement que les stages sont bloqués vu que les conditions sanitaires ne permettent plus. Et du coup, il y a plus de stages en quelque sorte. Mais en ce qui concerne les entraînements, je les poursuis très bien.

Quel sera le programme de la spécialiste béninoise en heptathlon en 2021 ? Si on sait que l’objectif reste une qualification pour les JO de Tokyo.

Mais bon pour l’instant, c’est compliqué de vous parler de mon programme. Puisqu’ici en France, rien n’est certain. On est toujours dans l’incertitude totale. Donc du coup, on attend pour voir si la programmation des compétitions sera faite pour qu’on puisse se caler. Mais nous, nous avions notre petite idée avant le ok reprendre ces différentes compétitions. On se prépare pour des qualifications et naturellement pour être à Tokyo 2020 qui se déroulera en 2021 bien sûr. L’objectif vraiment c’est de lutter pour se qualifier directement pour les JO prochains.

À l’endroit des aux autorités en charge du sport quel sera ton message ?

Par rapport aux autorités, je veux juste les encourager. Puisque, je vois qu’il y a beaucoup d’amélioration sur le plan sportif comme la construction des stades. Vraiment ce sont des infrastructures dont le Bénin a besoin. Donc, je ne peux que leur dire merci et  je les encourage à continuer dans ce sens. Je les exhorte également à nous soutenir dès à présent dans la perspective des J.O à venir. Il faut que nos autorités n’attendent pas  la dernière minute pour agir.

Aussi, voudrais-je les encourager à soutenir les clubs qui émergent. En outre, les autorités doivent financer la préparation des enfants dès le bas âge. Parce que le sport de demain, c’est justement la jeunesse. Et pour atteindre cet objectif, il faut mettre à temps des moyens à disposition.

 Et au peuple béninois.

Le peuple béninois qui soutient en permanence tous les athlètes sportifs du pays est un peuple formidable. Je l’invite à continuer dans ce sens. Leur soutien est un motif de détermination pour nous  afin que nous puissions continuer à donner le meilleur de nous-mêmes et aller de l’avant. Je remercie également mes parents et les proches. Surtout une mention spéciale à vous journalistes pour le travail abattu.

La championne d’Afrique en heptathlon en 2018, Odile Ahouanwanou

Nous sommes dans une nouvelle année, vos vœux pour 2021 en guise de conclusion.

Je vous remercie que l’année 2021 soit une année de paix pour chacun de nous, que la santé puisse être au rendez-vous et que cette pandémie de Coronavirus puisse disparaitre pour que chacun retrouve ses activités ses passions.

Et que vive le Bénin.

Propos recueillis et transcrits par Messan DOHOU

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here